PartagePartage

Pourquoi courir pour récupérer ?

Cela peut paraître paradoxal, mais courir est un des meilleurs moyens de récupérer… à condition de le pratiquer au bon moment et à la bonne allure.

Hello les Squaddies,


Quand on est un coureur, on entend souvent parler de « footing de récupération », ou de « décrassage ». Pourquoi courir pour récupérer ? Comment et à quel moment faire ces séances dites de « récupération active » ?


Voici mes quelques réponses :-)


A quoi sert le footing de récup ?


Lorsque l’on s’entraîne à forte intensité, on produit de l’acide lactique. Celui-ci apparaît lorsque nous effectuons un effort réclamant tellement d’énergie que l’apport en oxygène devient insuffisant pour satisfaire la demande de notre organisme en glycolyse. Cet acide lactique est assimilé à des « déchets » que notre corps va devoir évacuer ou « décrasser ».

Qu’on fasse ou non un footing de récupération après notre séance, notre corps éliminera ces déchets. Mais le footing de récup’ permettra d’accélérer le processus en augmentant la circulation sanguine. Les muscles sont ainsi mieux oxygénés et éliminent plus rapidement les déchets accumulés pendant la séance. La récupération est donc plus rapide, les courbatures sont moindres, et on peut repartir plus rapidement sur une nouvelle séance d’entraînement !



Quand faire son footing de récup’ ?


L’idée est de pratiquer au moins un footing de récupération entre chaque séance à forte intensité (séance de fractionné par exemple).

Courir très lentement pendant 10 à 15 minutes après sa séance est le meilleur moyen de se débarrasser de l’acide lactique produit : en stimulant la circulation sanguine musculaire, l’acide lactique est entraîné vers le foie et les reins, qui l’utilisent alors pour la resynthèse de molécules de glucose et de glycogène. Pratiquer ce footing lent directement à la fin de la séance permet aux déchets de ne pas stagner dans notre organisme.

Si tu ne peux pas du tout effectuer ta récupération juste après ta séance, tu peux le faire le lendemain en allant courir 30 à 40 minutes à allure lente.





Justement, à quelle allure se pratique le footing de récupération ?


Pour qu’il soit efficace, le footing de récup’ doit être couru en endurance fondamentale, à 70% FCM grand maximum ! C’est une condition fondamentale, si tu le pratiques à trop forte intensité, tu en perdras les bénéfices.

Le lendemain d’une grosse séance d’entraînement, tu peux également croiser ton entraînement avec une séance de vélo ou de natation (lien) avant de reprendre tes séances de course à pied !


Voilà Squady, je t’ai livré les secrets du footing de récupération. Fais-en bon usage !


A très vite,


Boogie




PartagePartage